Document Type

Article

Publication Date

2000

Publication Title

International Review of Sociology

First Page

301

Last Page

316

DOI

http://dx.doi.org/10.1080/03906700020014396

Abstract

La societe globale qui se profile au debut du XXIe siecle presente des caracteristiques tant economiques et politiques que culturelles. En sociologie, le phenomene de mondialisation se definit comme la proliferation de flux economiques et culturels internationaux et transnationaux au niveau de la planete et comprend egalement la creation d'institutions supranationales. De fait, les echanges financiers et commerciaux, le developpement de moyens de communication plus efficaces et rapides (mass media, transports, telephone, telecopie, Internet, etc.) et l'intensification des flux migratoires ont connecte et rapproche des nations differentes, produisant une interaction accrue entre les peuples. Appadurai (1990) explique le processus de mondialisation comme le resultat du flux croissant de personnes a travers le globe (immigrants, touristes, exiles), de la technologie (machines, appareils electroniques, etc.), de l'information financiere (argent, actions), des images et informations (ideologies et visions du monde) produites par les media (la television, le cinema, la radio, les journaux et magazines). Giddens (1990, p. 64) decrit la mondialisation comme l'intensification de relations au niveau mondial qui relie des localites differentes et lointaines de telle maniere que ce qui se passe au niveau local peut etre affecte par des evenements qui ont lieu a des milliers de kilometres de distance. Ainsi, la dynamique centrale de la mondialisation implique la particularisation de l'universel et l'universalisation du particulier (Robertson, 1994).

Rights

This is a post-print version of an article originally published in International Review of Sociology,2000, Volume 10, Issue 3.. The version of record is available at Taylor & Francis.